Imladris production

Le forum français de création de cartes et de mods pour Bataille pour la Terre du Milieu
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Littérature

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Masterini
Moddeur expert
Moddeur expert


Nombre de messages : 530
Age : 22
Location : Armentières
Add-On : Rotwk = Desequilibrage Mocheté et Mal de tête Maximal !
Date d'inscription : 02/06/2008

MessageSujet: Littérature   Dim 26 Oct - 0:36

Je me demandais si ça ne serait pas une bonne idée de rajouter une catégorie littérature dans l'auberge (pour les livres evidemment)
Y a t-il des grands lecteurs ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdd59554
Admin


Nombre de messages : 7235
Age : 24
Location : J'aime les abricots
Add-On : Oui
Date d'inscription : 16/01/2008

MessageSujet: Re: Littérature   Dim 26 Oct - 8:33

Moi pas vraiment , j'ai toujours du mal a me plonger dans des grosses lectures, quand je lis je suis souvent obligé de revenir plusieures pages en arriere pour comprendre ce qui s'est passé, car je tombe sur des noms de personnages et je sais plus qui sait. En général c'est parce que je continue de lire et en meme temps je pence a autre chose, donc au bout de quelques pages je suis complétement largué. destroy study fou

Sinon j'aime bien les livres pas trop épais et écrit en gros ok! ( l'idéal serait 1 mot par page pour un total de 10 pages )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
barahir
Fondateur


Nombre de messages : 1187
Age : 27
Location : Paris (bastille)
Add-On : Oui
Date d'inscription : 13/01/2008

MessageSujet: Re: Littérature   Dim 26 Oct - 15:17

lol!
moi ca va j'aime bien lire mais j'ai pas énormément de temps pour le faire (le soir j'ai la flème et j'opte plutot pour un bon film à regarder ^^)
mais c'est une bonne idée.
qui connais" le vieil homme et la guerre " de John Scalzi
c'est un roman de science fiction (pas du totu chiant comme le titre pourrait le faire penser^^)ca se passe dans un futur proche c'est un homme qui décide de s'engager dans les forces de défenses de la terre atiré par la promesse d'une nouvelle jeunesse
il y a de l'humour, de l'action(c'est la guerre dans tout l'histoire ) on s'ennuie pas une seconde, malgrés son épaisseur je l'ai dévoré en une ou 2 semaines
approuvé ok!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masterini
Moddeur expert
Moddeur expert


Nombre de messages : 530
Age : 22
Location : Armentières
Add-On : Rotwk = Desequilibrage Mocheté et Mal de tête Maximal !
Date d'inscription : 02/06/2008

MessageSujet: Re: Littérature   Dim 26 Oct - 15:51

je suis fan de science-fiction/fantastique love (sinon jai une armoire entiere faite pour ranger mes livres que jai acheté au lieu de lire a la biblio ^^ 3 etagères 3-4 grandes rangées de livres pour chaque xd)

lol moi ca marrive aussi de lire et de penser a autre chose alors je sai plu ce qui sest passé mai dan ce cas je relis ce que jai survolé ^^
en ce moment je me suis enfin decidé a commencer a écrire un livre :p
franchement je trouve que c bien finalement c comme un livre t dedans et tout dan ton histoire mais en + c toi qui invente c génial
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdd59554
Admin


Nombre de messages : 7235
Age : 24
Location : J'aime les abricots
Add-On : Oui
Date d'inscription : 16/01/2008

MessageSujet: Re: Littérature   Dim 26 Oct - 16:04

un nouvel écrivain est né cheers
et tu invente quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glone
Maître Chroniqueur du Forum


Nombre de messages : 4132
Age : 22
Location : Dieu s'en est allé reprendre ses quartiers dans sa demeure céleste !
Add-On : oui
Date d'inscription : 09/07/2008

MessageSujet: Re: Littérature   Dim 26 Oct - 18:04

j'ai un peu de mal a comprendre scratch scratch scratch scratch scratch scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masterini
Moddeur expert
Moddeur expert


Nombre de messages : 530
Age : 22
Location : Armentières
Add-On : Rotwk = Desequilibrage Mocheté et Mal de tête Maximal !
Date d'inscription : 02/06/2008

MessageSujet: Re: Littérature   Lun 27 Oct - 0:41

la jfé un truc Medieval Fantastic
Et c'est une héroïne.

Jai posté sur les fofo bfme2 les premiers chapitre et les avis sont pour l'instant bons Wink

si vous voulez je vous posterez les 3 premiers chapitre aussi mais dabord faudra rajouter la catégorie littérature lol!


tongue Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdd59554
Admin


Nombre de messages : 7235
Age : 24
Location : J'aime les abricots
Add-On : Oui
Date d'inscription : 16/01/2008

MessageSujet: Re: Littérature   Lun 27 Oct - 8:20

Ahhhhhhh va y poste les ici bounce study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masterini
Moddeur expert
Moddeur expert


Nombre de messages : 530
Age : 22
Location : Armentières
Add-On : Rotwk = Desequilibrage Mocheté et Mal de tête Maximal !
Date d'inscription : 02/06/2008

MessageSujet: Re: Littérature   Lun 27 Oct - 12:28

bon bon daccord je capitule et jespere que ca plaira sunny (par contre le fofo ne lit pas les nouvelles polices et ni lit ni le centrage ni les alinéas, Il ne lit pas non l'italique fuieux dans le copier coller, que j'utilise pour certains mot et les pensées du personnage)
Donnez vous avis rouge

Née Par La Mort

Prologue


Gris scruta les alentours, paniqué. Où étaient-ils tous passés ? Il se trouvait dans un buisson énorme, l'air noir-de-jais à cause de la nuit profonde. Lui et Marina avaient décidés d'emmener les membres du cercle blanc s'entraîner au combat dans la forêt de L'Archer, et ce fut une bonne journée. Ils avaient même décidés de rester jusqu'au lendemain ; l'entraînement s'était transformé en pique-nique, puis en une journée complète de détente de joie, enfin tranquilles. Cependant, Gris se retrouvait maintenant tout seul. Quelques minutes avant, il avait souhaité bonne nuit à ses compagnons puis s'était endormi dans sa couchette. Quelques minutes après, il s'était réveillé à cause de la morsure du froid, et d'un bruissement de feuilles. Il avait tout de suite empoigné son épée puis était parti derrière le buisson où il avait entendu le bruissement. Il n'avait rien trouvé. Il s'arrêta de bouger, tous les sens aux aguets. Rien. Il avait dû rêver. Il se faisait la réflexion quand soudain, il se senti tiré brusquement en arrière. Il essaya de frapper derrière avec le pommeau de l'épée, mais son bras ne bougeait pas : son agresseur l'avait immobilisé.
-N'essaye même pas, tonna une voix sinistre. Gris reconnu la voix.
-Vous... Mais vous n'êtes pas...
-Si, C'est moi, le coupa la voix.
-Mais je vous ai tué !
-C'est ce que tu croyais...
La voix était maintenant sadique. Il senti un objet froid s'enfoncer dans son ventre. Une lame noire ! Il se pétrifia d'horreur.
-Tu auras droit à une mort lente...
La lame s'enfonça profondément dans son ventre, sans toucher d'organes vitaux. Un épouvantable cri déchira la nuit glaciale, suivi d'un gargouillement horrible, troublant quelqu'un de peu commun, perché non loin de là à un arbre.
-Sarah est de retour...

***

Marina se réveilla brutalement. Dans sa précipitation, elle s'était tout de suite levée. Elle observa les alentours et vit que ses compagnons avaient fait de même. La première chose qu'elle remarqua, c'était l'absence de Gris.
-Gilet, tu as entendu ?
-Oui, et je crois que ce hurlement va encore me hanter plusieurs jours...
-Tu... Tu as remarqué l'absence de Gris ? Elle avait parlé d'une voix tremblotante. Il y eu un long silence. Leurs pensées étaient chargées d'appréhensions. Lui est-il arrivé quelque chose ? Est-il mort ? Nous a t-il abandonné ? Malgré son état d'alerte, Gilet rompis le silence d'une voix calme.
-Ne t'inquiète pas, il a du remarquer quelque chose d'anormal avant nous, et est parti regarder ce qui s'était passé.
-Oui, c'est ça. Enfin j'espère.
Ils décidèrent donc avec leurs compagnons de rechercher Gris. Ils se séparèrent et le cherchèrent des yeux, se dirigeant pour la plupart vers l'endroit du cri, où il avait dû se diriger, ou du moins le supposaient-ils. Les buissons furent aussi fouillés, car la possibilité de sa mort restait plausible, même si chacun écartaient cette possibilité, incrédules. C'est Marina qui se trouva a l'endroit du crime en première. Gris était étalé sur le sol, mourant. Il regardait Marina avec des yeux emplis de douleurs, et il cherchait a lui dire quelque chose. Dans un dernier spasme de douleur, il mourut, dans les bras de Marina, avec un dernier murmure : Sarah...

La Fuite




Sandova s'apprêtait à rentrer chez elle quand elle s'arrêta et écarquilla les yeux de peur : elle avait oublié de s'occuper de la taverne de son père ! Rudolph, le père de Sandova, était un home détestable et paresseux. Il la faisait effectuer toute sorte de tâche depuis qu'elle avait 15 ans, et la battait si celle-ci en oubliait une. Elle s'est toujours demandé si il aimait sa fille. Avant d'avoir pu réfléchir à sa situation, elle vit la porte d'entrée s'ouvrir et laisser place à Rudolph. Son visage était rouge de colère : cela lui donnait un aspect terrifiant.
-Tu es resté bien longtemps devant la porte d'entrée, tu as bien effectué toutes les tâches j'espère, en particulier s'occuper de ma taverne !
-Euh, oui... oui j'ai tout fait... comme vous me l'avez demandé père. Le visage de Rudolph se radoucit.
-Bien, dans ce cas je vais pouvoir recevoir Alphonse ce soir.
Le visage déconfit, elle soupira néanmoins de soulagement une fois son père parti. Elle se plongea dans la leçon d'escrime de Echine, le maître d'arme, bien décidée à épater tout le monde le lendemain. Elle se disait que les coups d'estoc avaient une particularité qui les rendaient très utiles, contrairement à ce qu'elle pensait avant, quand elle fut arrachée à ses pensées par un cri de colère.
-Sandova ! J'ai quelque chose à te dire ! Elle alla voir son père, effrayée. Elle redoutait ce moment.
-Menteuse ! Garce ! Je croyais t'avoir demandé de t'occuper de la taverne !
-J'ai oublié père, c'est que... c'est...
-Ne te justifie pas ! C'est tout ce que je voulais savoir ! Rudolph empoigna une chaise, mais au moment de la fracasser sur elle, celle ci le poussa dans un réflexe de défense. Il tomba à la renverse. Elle le vit avec effroi agripper un couteau de cuisine et le mettre sur sa gorge, ivre de rage.
-La prochaine fois que cela arrive, tu sais à quoi t'attendre. Elle voyait que Rudolph se maîtriser, à cause de tous les tendons de son cou que l'on voyait. Qui sait ce qu'il m'aurait fait si il s'était laissé allé... Elle frissonna encore, sous le choc. La nuit, alors qu'elle pleurait, malgré son traumatisme, elle prit sa décision : elle prendrait la fuite dès le lendemain.
Le lendemain justement, elle se leva de bonne heure. Il faisait encore sombre et le matin était froid. Elle était glacée, mais pas question de rester dans cette endroit de cauchemar. Pas tant que son père y habitait. Elle marcha, le plus silencieusement possible, vers la cuisine, et fit ses provisions. Elle ne pouvait pas emmener grand chose, juste de quoi tenir 2 ou 3 jours. Une fois tous les préparatifs faits, elle frotta ses mains moites de sueur, tellement elle avait peur de réveiller son père, et ouvrit doucement la porte d'entrée grinçante. Doucement, la porte s'ouvrit, un peu trop lentement à son goût, mais il ne fallait pas se précipiter.
C'est alors que le pire qu'elle avait imaginé arriva. Elle Glissa sur de la peinture, et se fracassa le crâne par terre. Presque assommée, elle avait en plus de la peinture presque partout. Elle se figea, et fit volte-face, prête à voir son père, la menaçant avec une chaise ou un couteau de cuisine. Elle ne vit rien. Cependant, loin d'être soulagée, elle se dépêcha de se laver les mains. Elle commençait à entendre des pas. Elle n'avait pas le temps de laver le reste de son corps, alors elle se précipita sur la porte d'entrée ; les pas se faisaient de plus en plus proches. Elle ouvrit la porte rapidement, maladroitement, et tourna la tête pour chercher une cachette loin de là. En état d'alerte elle regarda avec d'autant plus de vigueur autour d'elle pour en conclure que cela ne servait a rien. Elle plongea donc derrière un buisson, au moment ou son père apparut sur le seuil de la porte, ouverte en grand. Il avait dû la voir, puisqu'elle avait laisser la porte ouverte. Elle se dépêcha d'aller sur le buisson d'à côté, et quand elle vit son père aller dans la direction de sa précédente cachette, elle se dépêcha de courir, voûtée, pour trouver une cachette derrière la maison, et ainsi éviter que son père la voie rien qu'en tournant la tête. Par malchance, elle trébucha sur un gros cailloux, qui lui tordis le gros orteil, puis tomba dans un plan de terre. Elle eut le temps de se retourner pour tomber sur le dos, puis, en voulant se relever, glissa sur sa propre robe, ce qui le fit tomber une deuxième fois, moins brutalement.
Agacée de cet habit que les filles nobles étaient obligées de mettre, elle réussi néanmoins a se relever et à courir derrière la demeure de son père. Comme celui-ci se décourageait, elle courut le plus vite possible vers les Collines Argentées, dans l'espoir de le fuir définitivement. Il n'aura jamais idée de la chercher, là, puisque les adultes croyaient la colline dangereuse. Pourtant, petite, elle avait déjà été une fois visiter cet endroit, et elle avait trouvé que l'endroit était magnifique. Certes elle n'était pas restée longtemps, mais elle doutait qu'elle soit si dangereuse que ça.
Elle trébucha plusieurs fois sur le sol, pourtant plat, et s'étala plusieurs fois de tout son long, reprenant lentement sa respiration avant de reprendre sa course. Elle avait mal partout, et commençait a voir trouble. Elle se sentait très mal et avait la nausée. Elle décida de faire une pause et de manger quelque chose, car sinon elle ne réussira jamais a tenir le coup. Elle mangea des fruits, des légumes, et de la viande, mais cela n'apaisa pas sa faim. Ne prenant pas le risque d'épuiser ses provisions plus tôt que prévu, elle s'endormit, dans la forêt, se consolant en pensant que tout valait mieux que rester avec son père.
Ses cauchemars furent interrompus par des nombreux bruits autour d'elle. Elle se réveilla, couverte de sueur, la respiration haletante. Elle avait rêvé qu'un sanglier noir énorme la traquait, avec des yeux rouge, avides de sang. À la fin, elle mourrait, transformé en une sorte de tas de chair sanguinolente, bientôt avalée par l'horrible bête.
Rassurée de ne rien voir, elle s'allongea, ferma les paupières, et les rouvrit aussitôt. Elle avait entendu un bruit cette fois-ci. Un vrai. Elle se releva encore, lasse et a moitié réveillée, et essaya de regarder malgré la pénombre dans la direction du bruit. Elle ne vit d'abord rien puis... Elle le vit. Le sanglier noir de son cauchemar. Il était là, camouflé par sa couleur, avec ses yeux rouges sang le trahissant. Ses défenses étaient aussi longues que sa queue, et sa figure était horrible. Il était 2 fois plus gros que les sangliers qu'on lui avait déjà montré. Elle avait l'impression qu'il souriait.
Il gratta le sol et chargea. Il été tellement rapide qu'elle n'osait plus bouger. 600 kilos fonçait sur elle à toute allure, il fallait qu'elle fasse quelque chose, mais ses jambes ne lui obéissaient plus. Elle désespéra, et se prépara au choc. C'est alors qu'un aigle à écailles se jeta sur le sanglier, visant ses yeux. Le sanglier rata sa cible de peu. Une de ses défenses griffa tout son bras, laissant couler le sang. Le sanglier, fou de rage et bientôt aveugle, se cabrait en essayant de tuer son agresseur, qui s'était déjà envolé, hors de portée. Un aigle à écailles ? J'ai du rêver ! C'est une bête de légende, et je ne vois pas ce qu'elle ferait ici ! Le sanglier mourut, et sous ses yeux.
Elle revit la bête, qu'elle considérait déjà comme une hallucination, malgré l'état du sanglier, se poser et la regarder avec des yeux bleus, d'un air sérieux. Puis, sous ses yeux ébahis, l'aigle se transforma lentement en un homme d'environ 40 ans, le regardant toujours sérieusement. Puis, comme si le temps lui était compté, il s'empressa de lui demander de sortir de cette forêt au plus vite, mais ce en continuant sa route, sans rebrousser chemin. Elle lui demanda pourquoi, mais elle n'eut aucune réponse. Elle ne vit qu'un aigle à écailles planer au dessus de la forêt, l'air pressé d'arriver à sa destination.
Elle resta un moment plantée la, puis, se souvenant de ce qui venait de se passer, courut devant, n'ayant aucune envi de rencontrer une autre bête de ce genre. Quelques gouttes de sang coulaient derrière elle, mais elle ne s'en souciait guère ; son esprit été accaparé par l'envie pressante de sortir de là au plus vite.
Après une centaine de pas, elle trouva, chose bien étrange, une épée. Et pas commune cette épée. Elle était grise et blanche, dentelée a partir de la moitié de la lame, des deux côtés. C'était, évidemment, une lame a double tranchant, et le pommeau été un peu pointu. La garde était magnifique, argentée, et la prise en main de l'épée était étonnamment confortable. Ne souhaitant pas tâcher l'épée de sang mêlé a la sueur, elle se cacha derrière un tas de buisson et d'arbre, pas très exposée au regard. Cela faisait 2 jours qu'elle s'était enfuie, et sa réserve était maintenant pauvre. Elle posa l'épée par terre à côté d'elle, puis, se sentant fiévreuse et perdant son équilibre, affamée et la gorge sèche, elle ne résista pas a l'appel des ténèbres. Elle s'évanouit.
La dernière chose qu'elle vit, c'est deux formes noires au loin, venant dans sa direction.


Dernière édition par Masterini le Lun 27 Oct - 12:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masterini
Moddeur expert
Moddeur expert


Nombre de messages : 530
Age : 22
Location : Armentières
Add-On : Rotwk = Desequilibrage Mocheté et Mal de tête Maximal !
Date d'inscription : 02/06/2008

MessageSujet: Re: Littérature   Lun 27 Oct - 12:29

Marina



Elle se réveilla finalement, encore déboussolée. La première chose qu'elle se demanda, c'est ce qu'elle faisait ici. Il fallut bien une bonne paire de minutes pour que ses souvenirs reviennent. Cela lui frappa tout à coup : Elle s'était évanouie. Que s'était-il passé ensuite ? La dernière chose dont elle se souvenait, c'était deux formes noires, indistinctes. Elle n'en était plus très sur, vu l'état où elle était, elle avait pu imaginer n'importe quoi. Cependant, son état n'avait pas beaucoup changé : elle avait juste un peu moins faim, et elle avait un peu moins mal. Son esprit était aussi plus clair. Ce ne devait pas faire longtemps qu'elle s'était évanouie, surtout qu'il faisait nuit.
La deuxième chose qu'elle se demanda, c'était pourquoi diable était-elle pieds et poings liés ? Son père l'avait-il retrouvé ? Pourtant ce n'était pas tout a fait son genre. Cependant, elle se demanda ce qu'il aurait fait s'il l'avait retrouvée dans cet état. Finalement, c'était peut-être lui qui l'avait ligotée comme cela, mais pourquoi ne pas la tuer tout de suite ? Il l'avait bien prévenue...
Elle observa les alentours. Les Collines Argentées ! Je reconnais cet endroit ! Comme dans ses souvenirs, les Collines Argentées étaient magnifiques. Il y avait des arbres partout qui l'encerclait, formant un cercle. Les arbres n'étaient pas disposés comme dans la forêt, mais il y avait une ressemblance. L'endroit y ressemblait, mais en plus joli, et encore plus sauvage. Un feu de camp diffusait une jolie lueur autour de lui, la réchauffant au devant. Cependant, son dos restait glacé par la fraîcheur de la nuit noire qui régnait dans les collines.
Assez effrayée de devoir attendre son geôlier, elle essaya d'enlever ses liens et de se mettre debout, mais n'y arriva pas : elle tomba même sur les fesses, s'attribuant une douleur en plus, de surcroît. Les liens étaient bien serrés et bien noués. Du travail de pro. Manquant de temps pour réfléchir, comme d'habitude, elle vit un homme arriver à toute allure, farouche, tenant une épée fermement dans la main. En une dizaine de pas, il arriva sur elle et la menaça de son épée. Une épée dentelée exactement comme celle que j'ai vue, et aussi à double tranchant !
-Si tu tente quelque chose ma petite, gare à toi ! L'aborda t-il, strict, lui jetant un regard foudroyant.
Elle vit bien qu'il ne plaisantait pas, alors elle garda le silence, n'osant rien dire, et baissa les yeux. Elle recula la tête, apeurée. Il la gratifia d'un long sourire.
-Ah, je vois que tu as peur... tu as un air coupable !
-Cou... Coupable ?
-Ne fait pas l'innocente ! Il avait parlé d'un ton brusque et levait son épée au dessus de sa tête. Elle faillit crier.
Une femme arriva, arrêta son geste et tenta d'apaiser l'homme d'une voix calme.
-Eh, du calme Rotanklan.
-Elle a failli crier ! Nous aurons dû la bâillonner aussi, je te l'avait dit, elle va ameuter toutes les Morvances ! Hurla t-il.
-Si nous l'avions bâillonnée, je ne pourrait pas l'interroger, voyons ! Cette femme lui parut beaucoup plus intelligente et attentive que l'autre. Elle lui parla calmement, avec l'air de l'interroger à contre-cœur. Elle lui désigna l'épée qu'elle avait trouvé.
-Que faisait-tu avec cette épée ?
-Je l'ai trouvée par terre...
Rotanklan intervint, d'un air indigné.
-Ah oui ? Trouvée par terre ? En pleine forêt ? Te moque-tu de nous ? Que ferait tu en pleine forêt à cette heure-ci ?
Sandova lui raconta sa fuite, et Rotanklan capitula en haussant les épaules, peu convaincu. Malgré ce qu'elle avait dit, personne ne leva le petit doigt pour la libérer : elle leva un visage interrogateur vers la femme. De quoi parlait-il ? Pourquoi m'ont-ils interrogée sur cet épée ? Et pourquoi ne me libère t-ils pas maintenant que je les ais raisonnés ?
La femme, voyant son visage interrogateur, lui expliqua.
-Nous ne pouvons rien décider dans un cas pareil sans le grand conseil. Je suis désolée, je ne crois pas du tout que tu es quelque chose à voir là-dedans, mais c'est ainsi. Nous ne pouvons pas non plus bien t'aider pour l'instant, mais la raison à cela est un manque de moyen.
-Oui, mais je ne pourrai pas aller vers votre grand conseil si j'ai les pieds liés ! Elle gardait un mince espoir de s'enfuir.
-Biensur, mais nous ne partons pas maintenant : nous partirons demain. En temps normal, le conseil a lieu ici même, mais la forêt est devenue trop dangereuse ces temps-ci. La femme pris un air sévère.
-Cependant, tu n'auras pas le droit de prendre la parole pendant le conseil, est-ce bien clair ?
Elle hocha la tête. Je suis tombée sur des fous...
Son sommeil fut agité, comme d'habitude. Elle rêvait encore de bêtes horribles, et se réveillait, haletante. Elle se posait des questions sur ses geôliers et l'épisode qu'elle avait vécue dans la forêt, elle se tourmentait sur l'épée qu'elle avait trouvé, et se demandais parfois pourquoi ils laissaient le feu de camp allumé. Elle finissaient par se rendormir, mais ses réveils étaient fréquents. Lorsqu'elle se réveilla le lendemain matin, elle avait une mine épouvantable, les yeux fatigués et le visage pâle. Rotanklan avait l'air de ne pas se soucier d'elle, mais la femme, dont elle ne connaissait toujours pas le nom, lui demanda si elle avait bien dormi, et lui donna du pain, de l'eau et de la viande. Elle en rêvait, et dégusta goulûment la nourriture.
Son visage repris des couleurs, et sa gorge s'humidifia de nouveau. Elle n'avait presque plus de peinture sur elle, mais était encore très sale, et avait toujours ses égratignures et sa blessure qui saignait toujours. Elle avait encore froid, mais ses geôliers s'étaient enfin décidés à délier ses pieds. Le trajet n'était pas très agréable, à cause de ses geôliers qui l'empêchait de s'enfuir, et de l'homme qui ne lui faisait toujours pas confiance. Heureusement, il ne se passa rien de particulier, le trajet se fit sans problème.
Ils arrivèrent à destination à midi. L'endroit était identique à celui qu'elle venait de quitter. Arbres en cercle feu de camp (cette fois éteint) mais avec des sièges tout autour. Lorsqu'elle demanda où ils étaient, et pourquoi l'endroit était identique, la femme lui dit qu'elle se trouvait dans les Collines Dorées cette fois-ci, et que si l'endroit ressemblait autant à l'autre, c'est qu'ils avaient fait une sorte de déménagement. Elle ne précisa pas à qui faisait allusion exactement le «ils».
Ils attendirent 10 bonnes minutes, et les fameux membres du conseil apparurent. Ils portaient tous une épée dentelée à moitié, avec le pommeau argentée. Mais chaque épée avaient des points différents. Certaines étaient plus jolies que d'autres, d'autres avaient l'air plus dangereuses. Les membres du conseil prenaient tous un air sérieux, et certains lui jetait un regard noir. L'homme la ligota sur une chaise, pour être sur qu'elle ne s'enfuira pas, puis pris place sur un siège du conseil. La femme, pris place au centre du conseil. C'est elle qui parla en premier.
-Bien, nous savons tous pourquoi nous sommes ici, je crois vous avoir mis au courant. Moi et Rotanklan avons trouvé cette fille, ici présente, tenant cette épée, en mauvaise état. Elle laissa les membres hocher la tête, reconnaissant l'épée. Un homme intervint.
-Peut-être n'est-elle pas coupable, mais si elle l'est, il est dangereux de la libérer.
-Oui mais franchement, pourquoi une fille de cet âge aurait quelque chose à voir la dedans ? Et dans cet état ? Elle nous a dit qu'elle l'avait trouvée dans la forêt, après s'être enfuie de chez elle.
-Ah oui ? Et qu'est-ce qui nous dit que cela est vrai ? Il est rare de voir une fille s'enfuir de chez elle pour aller dans la forêt, et ainsi trouver cet épée ! Un deuxième homme protesta.
-Et alors ? Elle s'est trouvée ici au mauvais endroit au mauvais moment, c'est tout.
Ils débattirent pendant environ une heure, et ils n'étaient toujours d'accords. C'est alors qu'un événement bizarre se produit. Elle était en train de s'imaginer l'épée a la main, tranchant ses liens et distancer le conseil avec, quand l'épée fut secouée de tremblements et se dirigea brutalement vers elle, pour se poser sur ses genoux. Tout le monde était bouche bée.
-Là c'est sur, elle est coupable ! Hurla Rotanklan.
-Peut-être pas... C'était la femme qui avait parlé. Tout le monde avait l'air de comprendre ce qu'elle voulais dire. Les membres se disputaient toujours, mais ceux qui la défendait parlaient avec moins de vigueur. La femme trancha.
-Si nous continuons comme ça, nous ne prendrons jamais de décisions. Nous allons voter à main levée. Ceux qui souhaitent la libérer lèvent la main. Peu de gens levèrent la main. La femme afficha une mine contrariée, et Sandova déglutit. Non, ce n'est pas possible... La femme conclut donc, lentement.
-Bien. Elle sera donc jetée au cachots. Vous pouvez l'emmener...
Le cachot était une sorte de souterrain dans lequel on disposait des grilles pour former des cellules. Elle sanglota et se lamenta. Pourquoi fallait-il que j'aie un père pareil ? Pourquoi me suis-je enfuie en passant par la forêt ? Pourquoi tous ces gens m'en veulent-ils ? Et pourquoi l'épée est venue vers moi ? Elle soupira désespérée. Elle avait beau chercher un plan de fuite, elle n'en trouvai pas.
Elle pensait qu'elle n'en sortirai jamais, quand la porte du cachot s'ouvrit. La femme tenait a la main du pain et de l'eau, censés maintenir en vie les prisonniers, et tenait la fameuse épée. C'était peut-être sa seule chance de s'enfuir, mais ses jambes fatiguées lui tiraient des gémissements de douleur. La femme sourit.
-Je ne suis pas venu te nourrir, je suis venue te libérer.
-Mais...
-Ne discute pas, j'ai pris ma décision. Ne t'inquiète pas pour moi. Elle lui tendit l'épée. Tu dois absolument l'avoir. Tu en aura surement besoin. Sandova hocha la tête en la remerciant, et partit en courant vers la sortie.
-Attends ! Elle tourna la tête. Je m'appelle Marina !
-Merci, Marina. Je m'appelle Sandova. Elle sortit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masterini
Moddeur expert
Moddeur expert


Nombre de messages : 530
Age : 22
Location : Armentières
Add-On : Rotwk = Desequilibrage Mocheté et Mal de tête Maximal !
Date d'inscription : 02/06/2008

MessageSujet: Re: Littérature   Lun 27 Oct - 12:29

(dsl pour le triple poste mais ca mettait longueur du message depasse limite autorisée

Le Cercle Blanc



Elle poussa un long soupir de soulagement. Enfin libre ! Il ne restait plus qu'à trouver un moyen de se laver, à chercher une destination et à trouver de la nourriture. Il faudra aussi soigner cette saleté de blessure, et faire attention à ne pas se faire repérer par un membre de l'organisation avec laquelle elle a eu affaire. Elle se mit donc d'abord en quête de nourriture. Elle trouva quelque fruits, mais elle n'était pas une spécialiste de la chasse. Finalement rassasiée, elle se dit qu'elle pourrait trouver un lac ou un étang quelque part. Elle se mit a chercher le plus silencieusement possible, en marchant vers l'avant.
Sa recherche porta ses fruits, après une bonne heure de recherche, elle trouva un lac, assez profond. Elle savait nager, mais elle ne voulait que se laver de toute façon. Elle se déshabilla et entra dans l'eau. Elle était fraiche. Exactement ce qu'il lui fallait. Elle nagea 5 minutes puis voulu regagner la berge.
C'est là qu'elle vit avec horreur que le courant l'empêchait de revenir. Elle eut une poussée d'adrénaline, et nagea avec le plus de force possible vers la terre. Au début, elle restait sur place, puis réussi lentement à se rapprocher. Elle redoubla d'effort ; elle commençait vraiment à fatiguer. Elle arriva finalement sur terre, et se laissa tomber, exténuée. Elle respira lentement de grande bouffée d'air, recracha l'eau qu'elle avait ingurgité et se releva. Je ne suis vraiment pas faite pour ce genre de vie !
Elle se rhabilla et resta assis là, reprenant son souffle, puis se demanda où elle pouvait bien aller. Bah ! J'improviserai. Elle marchait donc en avant, trempée et sans aucun but précis, quand elle entendis un cri d'horreur, suivi d'un grognement. Surprise et alarmée, elle se dépêcha de partir dans la direction du cri. Ce qu'elle vit la figea. Un horrible loup noir aux yeux rouges sang se tenait devant une fille et deux hommes, tendu comme un arc, prêt à partir comme une flèche vers ses proies. Les hommes reculaient doucement, et la fille était paralysée d'épouvante. Elle regardait avec ses yeux bleus les yeux rouges du loup. Les hommes s'enfuirent, laissant la fille à son triste sort.
C'en fut trop pour elle : elle sauta de sa cachette pour venir en aide à la fille. Tout se passa comme dans un ralenti. Le loup bondit sur la jeune fille, mais celui-ci l'avait vu arriver par derrière, l'épée sortie du fourreau. Il se retourna pour lui faire face, et esquiva le moulinet qu'elle tenta de lui asséner, et lui mordit le flanc droit.
Elle poussa un cri de douleur, et redoubla d'effort. Elle tenta de le décapiter d'un tranchant horizontal, mais celui bondit au dessus d'elle, visant la fille qui essayait de s'enfuir. Elle vit l'occasion de tuer l'animal, pendant qu'elle était a terre. L'animal montrait son ventre, dans son bondissement. Elle l'embrocha d'un coup d'estoc dans l'estomac. Il y eu un gargouillis et l'animal rata son atterrissage, éclaboussant le sol de sang. Elle regarda son épée rouge, incrédule. Elle avait tué un animal !
-Mer... Merci. Elle sursauta. La fille s'était rapprochée et lui parlait. T... Tu m'a sauvé la vie.
-Euh... De rien...
-Je m'appelle Bleu. Je suis une apprentie du cercle blanc, Et toi ?
-Sandova. Je me suis enfuie de chez mon père et je me suis perdue.
-Tu veux peut-être venir avec moi ? Je suis sur que le cercle blanc acceptera d'accueillir quelqu'un qui s'est perdue et qui m'a sauvée !
-Oui, je veux bien.
La fille lui demanda de la suivre, et c'est ce qu'elle fit.
Lorsqu'elle arriva a destination, elle se pétrifia. Elle reconnaissait cet endroit. C'était précisément l'endroit que Marina lui avait fait quitté. Et elle, elle revenait d'elle même, sans se faire attraper par l'un d'eux ! Quelle idiote !
Comme elle l'avait imaginé, l'accueil ne fut pas chaleureux. Mais elle eut un peu plus d'explication sur la raison pour laquelle on la détestait.
-Revoilà la criminelle !
-Elle à été attrapée par une apprentie ! Tout le monde ria à cette perspective. Bleu l'emmena dans une sorte de maison, ressemblant à une grande tanière flanquée d'une porte et un peu plus propre et garnie à l'intérieur. Juste de quoi vivre. Elle cria un nom qui la soulagea.
-Marina, Marina !
-Oui ? Elle était arrivée, et me dévisageait maintenant, bouche bée, avec un air désapprobateur. Que fait-elle la ?
-Elle m'a sauvée la vie ! Il y a eu une Morvance qui nous a attaqué, moi, Groll et Filament. Et alors elle est arrivée et elle l'a tué ! Marina hocha la tête et avisa sa morsure.
-Je vois qu'elle ne s'en ai pas tirée sans dommage. Bleu la regarda et vit la blessure qui saignait abondamment.
-Il faut la soigner ! Elle hocha encore la tête, prenant un air grave.
-Oui, mais pour l'instant, nous avons un autre problème à régler. Elle désigna la porte, qui bloquait des dizaines de personnes qui voulaient la défoncer.
-Au cachot ! Elle doit être au cachot criaient-ils.
-Pourquoi disent-ils cela ? Lui demanda Bleu.
-Je ne sais pas vraiment...
Marina sortit de la maison et demanda le calme. Tout le monde se calma. Marina doit être leur chef !
-Calmez-vous. Vous n'avez aucune raison d'êtres hostiles à cette fille.
-Ah oui ? Mais c'est une criminelle !
-C'est ce que vous croyez, mais vous vous trompez. Elle a sauvé la vie de Bleu !
-C'est faux ! Déclara un membre du conseil, s'avançant. Vous avez tous vu l'appel ! Bleu intervint, timide.
-Si... c'est vrai, j'ai été attaquée par une Morvance, et elle a surgit. Elle m'a sauvé et a tué la bête, et elle ne s'en ai pas sorti indemne ! Ceux qui sont a blâmer sont Groll et Filament qui se sont sauvés en me laissant en plan ! Elle avait parlé avec de plus en plus de force. Les deux concernés rougirent. Marina en rajouta une couche.
-Vous savez aussi que l'appel ne se manifeste pas que dans le cas dont vous pensez !
Tout le monde se tut et hochèrent la tête d'un air grave. Ils allèrent s'excuser devant elle. L'un d'eux déclara.
-Il est évident que si l'appel s'est manifesté sur cette facette, nous devons accueillir cette jeune fille dans notre organisation. Et peut-être l'accepter comme... apprentie.
-Tout doux, Gilet, nous ne pouvons pas nous permettre de lui imposer cela. Elle doit faire son choix elle même. Et vu ce que nous lui avons fait, nous devrions attendre qu'elle nous fasse confiance. Accueillons la avant toute chose ! Elle ne leur faisait pas confiance en effet, même après ces paroles. Elle voulait des explications, même après ces belles paroles. Chaque chose en son temps. Elle eut enfin ce dont elle rêvait : un bon repas, des pansements, un bon bain et un bon lit. Cependant, elle aura des explications plus tard. Elle s'endormit, la conscience enfin tranquille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ElvenLord
Moddeur expert
Moddeur expert


Nombre de messages : 962
Age : 22
Location : Imladris
Add-On : Bientot
Date d'inscription : 22/04/2008

MessageSujet: Re: Littérature   Lun 27 Oct - 14:46

love c trop bien tu me lenvoira quand tu las fini? ok! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imladrisproduction.forumotion.com/profile.forum?mode=view
Masterini
Moddeur expert
Moddeur expert


Nombre de messages : 530
Age : 22
Location : Armentières
Add-On : Rotwk = Desequilibrage Mocheté et Mal de tête Maximal !
Date d'inscription : 02/06/2008

MessageSujet: Re: Littérature   Lun 27 Oct - 15:04

Ah c encourageant cheers

Oui je lenverrai peut etre bien mais pour l'instant je suis assez loin de finir lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ElvenLord
Moddeur expert
Moddeur expert


Nombre de messages : 962
Age : 22
Location : Imladris
Add-On : Bientot
Date d'inscription : 22/04/2008

MessageSujet: Re: Littérature   Lun 27 Oct - 21:17

pas grave Wink je l'attend avec impatience love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imladrisproduction.forumotion.com/profile.forum?mode=view
cdd59554
Admin


Nombre de messages : 7235
Age : 24
Location : J'aime les abricots
Add-On : Oui
Date d'inscription : 16/01/2008

MessageSujet: Re: Littérature   Lun 27 Oct - 21:44

Le prologue c'est vraiment le début ? parce que ça c'est la classe, comme dans les film d'etre plongé dès le départ en plein milieu du truc et ça donne envie de continuer à regarder pour mieux connaître les personnages. study

C'est bien écrit et ya pas trop de fautes en plus ok!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glone
Maître Chroniqueur du Forum


Nombre de messages : 4132
Age : 22
Location : Dieu s'en est allé reprendre ses quartiers dans sa demeure céleste !
Add-On : oui
Date d'inscription : 09/07/2008

MessageSujet: Re: Littérature   Lun 27 Oct - 22:40

tu le finie et tu trouve un éditeur tu te fait plein de blé et ta vie de star est lancé Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masterini
Moddeur expert
Moddeur expert


Nombre de messages : 530
Age : 22
Location : Armentières
Add-On : Rotwk = Desequilibrage Mocheté et Mal de tête Maximal !
Date d'inscription : 02/06/2008

MessageSujet: Re: Littérature   Mar 28 Oct - 16:10

aller les gars jvou met la suite ^^ smile

L'apprentissage





Sandova se réveilla de bonne heure, dans la grotte de Marina. Elle s'étira et vérifia son état. Elle était propre et rassasiée. Ses blessures s'étaient refermées et elle avait une grande envie de se rendormir. Elle se força et se leva. C'était le grand jour : elle devait décider si elle resterai ici apprentie ou pas, et on lui c'était aujourd'hui qu'on lui donnait des explications. Marina lui avait prévenue avec douceur qu'elle ne pourrait pas avoir des explications sur la façon dont on l'avait traité, car pour l'instant ça ne la concernait pas assez, mais qu'elle en aurait pour le mode de vie ici. Sur le coup, ça l'avait mise en colère, mais Marina devait sûrement avoir une raison à cela.
C'est donc avec joie qu'elle accepterai de rester : elle n'avait nulle part où aller d'autre et on l'acceptait enfin ici. Elle alla voir Marina, et celle-ci lui fit les explications.
-Comme tu le sait sûrement maintenant, notre organisation se nomme le cercle blanc. Nous ne vivons pas casaniers. Nous ne sommes pas normaux, nous connaissons le Mal dans toute sa splendeur, et nous nous efforçons de l'éradiquer. Il y a 15 ans, un événement important s'est produit et les Morvances nous ont envahis. Les Morvances sont ces bête noires que tu as rencontré. Elle on tous un point commun : elles sont dangereuses, avides de sang, les yeux rouges, noires et beaucoup plus grosses que des bêtes normales. Elles ressemblent tous à une bête, mais ne sont pas naturelles. C'étaient avant des bêtes pacifiques, comme tu les connait. Malheureusement, elles sont devenues des Morvances, par je ne sais quel maléfice, et il y en a toujours de plus en plus. Au début, nous croyions que c'était une maladie, mais maintenant, nous avons des raisons de penser que quelqu'un est à l'origine de tout ça. Marina attrapa une feuille et joua avec, comme mal à l'aise. Je ne peut pas tout te dire non plus, mais une des raisons pour laquelle on t'a traitée comme ça, c'est que nous pensions que c'était toi. Elle resta abasourdie parce qu'elle venait d'entendre. Moi ? Mais comment peuvent-ils penser ça ? Et pourquoi a-t-elle l'air mal à l'aise, comme honteuse ? Elle n'a rien a voir dans mon traitement ! C'est même elle qui m'a permis de m'enfuir du cachot ! Marina prit une grande bouffée d'air, prête à dire une chose énorme.
-As-tu réfléchis a notre proposition de devenir apprentie ?
-Oui, mais je ne sais pas de quoi vous parlez exactement, lorsque vous dites apprentie.
-Eh bien, tu auras un maître, et il t'apprendra à combattre de l'épée bâtarde au corps-à-corps, et pour certains, la magie. Notre but, comme tu le sais, est d'éradiquer ce mal qui est apparu. Réfléchis bien à notre proposition. Comme l'appel s'est manifesté, nous pensons que tu es notre élément manquant pour cette tâche !
Sandova eut du mal à accepter tout ça. Elle se posait plein de question, et lorsqu'on lui répondait, cela en engendrait des dizaines d'autres. Oui, elle avait réfléchis, et en avais conclu que c'était sa seule façon de s'en sortir.
-Comment ça la magie ? Et qu'est ce que l'appel ?
-La magie existe réellement Sandova. Elle existe en chacun de nous à notre naissance, mais au fil du temps, pour la plupart, elle disparaîtra. Pour d'autre, elle restera, et nous devons apprendre à l'exploiter. Il y a encore de nombreuses choses à te dire sur la magie, et nous avons encore de nombreuses choses à apprendre sur elle. Pour ce qui est de l'appel, c'est l'évènement qui s'est produit, l'épée qui est arrivée sur tes genoux. Je ne peut pas non plus t'en dire plus. Si tu es apprentie, tu l'apprendra plus tard. Mais pour l'instant, tu n'es pas encore prête. Alors, quel est ta réponse ? Vas-tu devenir apprentie ? Sandova attendait cette instant. Elle était sûre et certaine de son choix.
-Oui. Marina sourit.
-J'avais pensé au début me choisir comme ton maître, mais finalement, je pense qu'il serait plus sage de te choisir Gilet. C'est un homme intelligent et un de mes meilleurs amis, et il t'a défendue au début lors du rassemblement du grand conseil. Ton entraînement doit commencer maintenant. Je vais chercher Gilet. Elle laissa Sandova en plan. Marina à bel et bien l'air d'être le chef du cercle blanc, c'est elle qui a décidé quel maître me transmettra son savoir. Mais, je ne connais pas encore bien cet organisation, je ne peut pas en être sûre. Sandova s'assit sur un banc de pierre, et baissa la tête perdue dans ses pensées. Elle ne la releva que lorsqu'elle entendis des bruits de pas. Elle croyait d'abord que Marina était revenue, mais c'est Bleue qu'elle vit, avancer vers elle.
-Eh Sandova ! Lui dit-elle.
-Salut !
-Alors, tu es apprentie ? Sandova lui fit un grand sourire.
-Oui. Je crois que c'est le mieux pour moi.
-Super ! On se reverra sûrement bien assez tôt ! Et tu es apprentie de qui ?
-Gilet. Marina est partie le chercher pour commencer l'entraînement.
-Ah tu as de la chance, tu verra, Gilet est vraiment génial. Elle grimaça, comme déçue. Mon maître est ce fichu Rotanklan. Il est ignoble. Elle tourna les talons et lui fit signe. Bon je te laisse, Il faut que tu rencontre ton maître pour la première fois seule. Tu me dira des nouvelles !
Sandova lui fit signe et attendit donc le retour de Marina. Elle revint finalement avec un homme grand et beau, qui affichait un visage presque inexpressif, mais on y voyait quand même de la bonté. Gilet. Elle sourit. Ses impressions étaient déjà bonnes, elle avait hâte de connaître son maître. Marina dit qu'elle devait se retrouver seule avec son maître pour s'entraîner, alors elle tourna elle aussi les talons et partit s'occuper de ses affaires. Gilet la salua.
-Bonjour, comme tu le sais déjà, je suis ton maître, Gilet.
-Bonjour.
-Viens, nous allons commencer l'entraînement.
Gilet l'emmena dans une clairière, près d'ici.
-Voila notre terrain d'entraînement. C'est le terrain le plus adapté à combattre. Lorsque tu sera plus expérimentée, les terrains changeront. La première arme que les maître enseignent à manier, c'est l'épée bâtarde. Tiens, j'en ai apporté. Elle prit l'épée bâtarde, ne sachant quoi en faire exactement.
-Aujourd'hui, nous allons voir les gardes principales et les attaques les plus utilisées. La première garde que je vais t'apprendre est la garde de la couronne. C'est la plus importante et elle te servira longtemps. C'est la moins fatigante. Il se pencha en avant et positionna ses pieds. Il lui demanda d'en faire autant. Elle réussi parfaitement, ce qui fit sourire Gilet. Gilet lui appris la garde haute, la garde basse, la dent du sanglier et la garde courte.
-Bien, maintenant je vais t'enseigner à porter des coups. On va commencer lentement. Voici comment on effectue un tranchant en diagonale parfaitement, suivi d'un coup d'estoc et d'un martel. Il effectua une série de geste qu'elle imita, puis ils refirent la même chose, de plus en plus vite.
-Attention, garde bien l'épée sur le tranchant de la lame, positionnée verticalement devant toi. Elle commençait à connaître par cœur l'enchaînement, à force de l'effectuer de plus en plus rapidement. Elle finit par effectuer une attaque parfaite avec une grande rapidité. Son maître prit un air satisfait.
-Bien, tu connais donc bien cette enchaînement, mais tu as plusieurs façon de l'effectuer. La, tu as enchaîné les coups demandés de la façon la plus rapide qui soit, mais il existe une autre façon de le faire. Lorsque tu as utilisé le tranchant en diagonal parfait, au lieu de tout de suite enchaîner par le coup d'estoc tout de suite, tu continue ton geste, et tu as deux options : effectuer un moulinet horizontal ou désarmer l'adversaire. Je t'enseignerai aujourd'hui ce moulinet, suivi du martel.
Elle apprit donc une deuxième façon d'enchaîner les coups. Lorsqu'il jugea qu'elle connaissait assez ces mouvements, il lui appris à se défendre, grâce aux parades, destinées à dévier la lame de l'adversaire pour le ralentir, et les blocages, pour parer une attaque particulièrement dangereuse.
Elle s'entendait très bien avec Gilet, et ils s'entraînèrent ainsi toute la journée. Son maître lui appris que les maîtres et les apprentis dormaient ensembles. Deux Maîtres et deux apprentis dormaient ensembles dans une tente ou dehors. Elle avait hâte de rencontrer l'autre groupe. Pour la première fois de sa vie, Sandova a passé une bonne journée. Il était tard, Gilet et elle doivent venir au campement faire la connaissance de leurs compagnons. Elle entra donc au campement avec lui, et vit un homme, petit et trapu, qui arborait une longue chevelure rousse. Il les regardait, l'air impatient, mais déçu de ce qu'il venait de voir. Son apprenti, grand et fort, possédait une chevelure semblable à celle de son maître, mais blonds. Il avait l'air content de les voir. Les maîtres firent leur présentation.
-Bonjour Groll, je te présente Sandova, mais tu doit déjà la connaître.
-En effet, rétorqua-t-il, se sentant beaucoup plus important qu'elle, voici mon apprenti, Grill.
Sandova fit donc la connaissance de Grill, qu'elle trouva assez courageux, lorsqu'il taquinait son maître, qui était tout le contraire, comme il l'avait prouvé avec la Morvance. Ils ne parlaient pas beaucoup entre eux, mais s'appréciaient. Il mangèrent tranquillement et tout le monde gagna sa couche respective.
Elle eut un sommeil agité mais ses seuls cauchemars étaient de ne plus faire partie du cercle blanc. Ses entraînements et ses journées commençaient bien, mais ça n'allait pas durer...

***

La créature observa la fille s'endormir. Elle était satisfaite, elle allait bientôt avoir son occasion. Elle s'enfuit, tranchant les buissons avec ses griffes, cherchant un abri où se cacher, attendant son heure. Elle en trouva un, et s'allongea à l'intérieur, contente d'elle. Elle regretta aussitôt son geste : le crottin de Morvance était très dur à enlever lorsqu'il se collait derrière le dos. Tant pis, elle ferait avec, et puis cela lui donnait un aspect encore plus terrifiant. Elle sourit et frotta ses mains squelettiques l'une contre l'autre. Ce sera une partie de plaisir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdd59554
Admin


Nombre de messages : 7235
Age : 24
Location : J'aime les abricots
Add-On : Oui
Date d'inscription : 16/01/2008

MessageSujet: Re: Littérature   Mar 28 Oct - 18:42

Citation :
cherchant un abri où se cacher, attendant son heure. Elle en trouva un, et s'allongea à l'intérieur, contente d'elle. Elle regretta aussitôt son geste : le crottin de Morvance était très dur à enlever lorsqu'il se collait derrière le dos. Tant pis, elle ferait avec, et puis cela lui donnait un aspect encore plus terrifiant.
lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masterini
Moddeur expert
Moddeur expert


Nombre de messages : 530
Age : 22
Location : Armentières
Add-On : Rotwk = Desequilibrage Mocheté et Mal de tête Maximal !
Date d'inscription : 02/06/2008

MessageSujet: Re: Littérature   Mar 28 Oct - 19:43

What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masterini
Moddeur expert
Moddeur expert


Nombre de messages : 530
Age : 22
Location : Armentières
Add-On : Rotwk = Desequilibrage Mocheté et Mal de tête Maximal !
Date d'inscription : 02/06/2008

MessageSujet: Re: Littérature   Mer 29 Oct - 1:11

Aller, un autre petit chapitre devrait vous faire plaisir héhé Twisted Evil


La Créature


Malus regarda son épée se nourrir de flammes noires. Il avait réussi. La pierre interdite était à lui ! Il se frotta les mains, satisfait. Il essaiera sa nouvelle arme demain. Rien que d'y penser, le goût de la vengeance lui fit saliver la bouche. Ce stupide animal noir qui avait tué son serviteur, Vox, devra s'agenouiller devant lui ou elle trépassera. Évidemment, elle choisira la deuxième option. Malus ricana à nouveau plus fort. De plus, il pourra montrer sa toute puissance au cercle blanc, ces imbéciles s'inclineront eux aussi.
Il descendit donc, en quête de cet étrange loup noir. Il avait déjà vu d'autres animaux de ce genre, maléfiques pendant ses patrouilles. Il écarta les branches qui se trouvaient sur son chemin, agacé. Il courait rapidement, la hâte lui donnait des ailes. Il trouva bientôt ce qu'il cherchait : des traces énormes de pattes de loup. La moisissure s'étalait à l'endroit où celui ci avait marché. Pas de doute. Elle était passée par là.
Il ralentit, pensant que son orgueil pouvait lui être fatal : il n'était pas invincible, et cette bête la était dangereuse. Très dangereuse, surtout la nuit. Il suivi la piste silencieusement, attentif à tout signe montrant un signe de vie. Il entendis des bruits de pas rapides, mais qui n'allaient pas dans sa direction. Il empoigna son épée, certain que le loup voulait le piéger. Il continua à suivre les traces, et le vit. Le grand loup noir était mort. Étalé sur le sol, embroché, il baignait dans un bain de sang. Malus se figea, plus du tout sur de lui. Celui qui avait fait ça devait être dangereux. Ou vraiment chanceux. Il se pétrifia. Qui a bien pu être plus hardis que moi pour tuer cette stupide bestiole ? Il entendis un craquement. Quelques secondes après, un deuxième craquement. Le bruit devenait plus fort. Il ne bougea plus, et écouta le vent souffler.
Cela dura plusieurs minutes, et il commençait à se sentir observé. Quand brusquement, un énorme ours noir, semblable au loup, surgit des broussailles et lui sauta dessus. Malus l'évita de justesse. Il se prit un coup de griffe dans l'échine, ce qui lui tira une grimace de douleur. Il contre-attaqua par un coup d'estoc direct. Ces bêtes exposaient trop leur ventre : il avait eu le temps d'en observer quelques unes, et de leur trouver des faiblesses. Cependant, ça n'en faisait pas moins un adversaire redoutable, même quand on les connaissait. D'ailleurs, alors qu'il fit mine de partir, il vit l'ours se redresser sur ses pattes et rugir, avant de charger. Surpris, Malus tomba à la renverse. Il tint fermement son arme, et se dit que c'était l'occasion rêvée de tester celle-ci.
Il positionna la pierre interdite sur la garde de l'épée, et la regarda se mêler à de flammes noires, toujours fasciné. Il resserra la prise, et tua d'un coup sec l'ours, le transperçant une deuxième fois. L'ours fut pris de convulsion. Des flammes noires courraient sur son dos. Il mourut, après une agonie de 10 minutes. Une vraie torture. Malus afficha un long sourire, lourd de sens. Cette épée est une merveille ! Il regarda les Collines Dorées, et s'y dirigea d'un pas hâtif. Une petite victime de rien du tout, cela ne leur fera pas de mal... Il arriva à un campement d'apprentis. Il fallait d'abord les réveiller, si il voulait qu'il y ai des témoins. Ils seront témoins de ma toute puissance ! Il pris son épée, et attrapa un apprenti par la peau du coup. Il le reconnaissait celui la : Grill. Cela faisait un bon bout de temps qu'il n'était toujours pas devenu chevalier. Au moins, leur perte ne sera pas lourde... Il chuchota dans son oreille :
-Mon pauvre Grill, tu te réveille dans une bien fâcheuse position... Celui ci hurla. La nouvelle apprentie se réveilla en sursaut, paniquée, et les deux maîtres se réveillaient plus lentement, prêts à tout. Du point de vue de Malus, la situation était comique. Il s'exalta de la puissance de son épée.
-Soyez témoins de la toute puissance de mon épée ! Que personne ne se mette en travers de mon chemin ou vous connaîtrez tous le même sort ! Il trancha la gorge de Grill, et celui-ci se recouvrit de ces mêmes flammes noires, qui avaient recouvert le corps de l'ours. Ils reculèrent, horrifiés. Le sang coula, et lorsqu'il tâcha les pieds de la fille, celle-ci eu la nausée. Elle doit être en train de comprendre qu'elle ne le verra plus. Il n'est plus de ce monde, et ils ne peuvent plus rien pour lui.
-Ne t'inquiète pas, il devrait être maître depuis longtemps, ce n'est pas une grosse perte...
Il sortit, fit mine de partir mais se cacha dans les buissons, pour observer leur réaction. Ce qu'il vit le surpris : il ne s'y attendait pas du tout.
Une créature hideuse, mince, noire et squelettique, arrivait dans le dos de la fille. Son dos était recouvert d'excréments, et son visage était équipé de deux trous trous béant à la place des yeux. Lorsque l'on regardait dedans, on avait l'impression de regarder le vide, le néant. Vif comme l'éclair, elle prit la fille par les cheveux, et la regarda. Malus profita de l'occasion pour faire tourner la situation à son avantage, en sortant de sa cachette.
-Voyez, cela vous suffit ? Voyez-vous ma toute puissance ? Ma créature est le grand complément de mon... Une voix sourde et caverneuse l'interrompit. Étonné, il se tourna vers la créature et vit avec horreur qu'elle était douée de parole.
-Alors mon cher Malus, toujours aussi actif ? Tu rêve toujours de gloire ? Ah, ah , ah... Tu ne sait pas ce que tu rate, idiot ! Crois-tu cela possible ? Tu es trop ambitieux ! Tu crois toujours être capable de vaincre le monde ? Eh bien, je m'occuperai de cette fille plus tard, mon maître n'a pas apprécié le sang de Vox, ton crétin de serviteur, il préfèrera sûrement le tient...
La créature l'empoigna et le souleva du sol, comme une vulgaire patate un peu trop grosse, qu'on avait l'intention de jeter à la poubelle. Elle le regardait avec un sourire méprisant. Malus, complètement épouvanté à son tour, tira son épée du fourreau, et fit mine de frapper la créature avec. Celle-ci ricana.
-Crois-tu vraiment pouvoir me blesser avec une épée ? Tu es toujours aussi stupide !
Il réussi à se dégager, frappa tout de même la créature, et s'enfuit sans demander son reste. Cette fois, il ne courrait plus aussi vite par hâte de vengeance, mais par peur...
La créature se tourna vers la fille, et commença un sourire qui s'effaça aussitôt, transformé en rictus de douleur. C'était la première fois qu'elle ressentait cette émotion. Des flammes courraient sur son corps. Sa dernière pensée fut : La pierre interdite... cet idiot a trouvé la pierre interdite...
Son corps, si on peut appeler ça un corps, se carbonisa entièrement, sous les yeux écarquillés de la fille et des maîtres. Bientôt, ce n'était plus qu'un tas de cendre.
De son côté, Malus n'en tenait pas large, il courrait toujours, pensant que la créature était à ses trousses. Il rentra dans son refuge dans les montagnes tordues, et boucha l'entrée avec tout ce qu'il trouvait. Le premier manque qu'il ressentit, c'était celle d'un serviteur, celle de Vox. Le deuxième, c'était le feu. Sans le feu, les bêtes noires risquaient de venir le chercher ici. Il devait retourner dans la forêt pour chercher du bois. Son cœur battait à tout rompre. Il agrippa son arme, comme si sa vie en dépendait, et sortit. Ouf, aucune créature en vue. Il couru chercher du bois, toujours paniqué, et rentra chez lui faire du feu. Le battement de son cœur ne s'apaisa que lorsque le feu fut allumé, l'entrée bouchée, et les fesses sur son lit de fortune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masterini
Moddeur expert
Moddeur expert


Nombre de messages : 530
Age : 22
Location : Armentières
Add-On : Rotwk = Desequilibrage Mocheté et Mal de tête Maximal !
Date d'inscription : 02/06/2008

MessageSujet: Re: Littérature   Mer 5 Nov - 14:48

L'Expédition


Sandova se laissa tomber sur sa couche, mélancolique. Ce qui eu pour effet de décoiffer et éparpiller tous ses longs cheveux noirs autour d'elle. Elle avait passé une très mauvaise soirée finalement. Un homme bizarre était venu dans leur sommeil, et avait tué Grill. C'était horrible, elle avait encore du sang séché de cet apprenti, qu'elle jugeait très sympathique. On venait à peine de terminer une petite sépulture en son honneur. Ensuite, une répugnante créature, l'avait empoigné et l'avait empoisonnée de son haleine fétide.
Au début, elle avait cru que c'était un serviteur de l'homme bizarre, et son impression s'était accentuée lorsqu'elle avait vu celui-ci sortir d'une cachette. Mais l'échange qui s'ensuivit la fit changer d'avis. Apparemment, ils n'opéraient pas ensemble. Indirectement ,l'homme bizarre lui avait sauvé la vie. Elle trouvait la créature beaucoup plus effrayante que cet homme : surtout que la créature venait pour elle, alors que l'homme semblait ne chercher personne en particulier.
Elle frissonna. Qui peut bien me vouloir quelque chose, à part mon père ?
-Sandova. Elle sursauta et fit volte-face. Gilet lui posait une main sur l'épaule et la toisait, compatissant.
-N'y pense plus surtout, endort toi. Sandova décida de lui faire part de ses soupçons.
-La créature m'en voulait à moi ! Gilet sursauta, comme si il venait de voir un fantôme. Il reprit vite son visage neutre et tenta de la rassurer.
-Mais non... C'était juste le hasard. Elle fit de son mieux pour le croire, et finit par se rendormir.
Le lendemain, ils se séparèrent de Groll et commencèrent l'entraînement. Son maître lui appris l'art de cacher une attaque grâce à la garde du serpent, et à utiliser ses pieds et ses mains dans un combat à épée. Les mains n'étaient presque pas utilisées dans un combat, car on préférait souvent tenir l'épée à deux mains : la force était augmentée, la lame avait plus de liberté de mouvement et on avait plus d'équilibre.
Plus tard dans la journée, Marina lui appris qu'elle devrait partir pour sa première expédition le soir-même. Sandova lui demanda ce qu'était la première expédition, mais Marina ne lui dit rien avant 17 heures, l'heure de l'évènement.
La première expédition, comme son nom l'indique était une mission, que l'apprenti et son maître devaient effectuer. Les membres du conseil débattaient sur le choix de l'expédition, et faisaient tirer au sort, entre une expédition dure et une expédition facile, l'apprenti. On considérait que celui qui tirait une expédition difficile et la réussissait avec succès serait un grand chevalier, mais ce n'était pas toujours vrai. Sandova trembla, transpirante et stressée, avant d'avancer au tirage au sort. Elle ferma les yeux, et, pour ne pas faire durer l'angoisse, pris une carte au plus vite. L'expédition difficile. Elle montra la carte à son maître, et il hocha la tête. Le conseil, impassible, les regarda disparaître.
La carte disait un gros titre noir sur blanc, EXPEDITION DIFFICILE. Il était écris en dessous en quoi consistait la mission. Allez dans les Grandes Plaines chercher un petit coffret blanc que nous avons caché dans La Caverneuse. Il sera facile à repérer, il sera lumineux et bleu, nous l'avons bourré de magie. Attention tout de même aux Trolls, et aux Morvances, si jamais il y en a là-bas.
Sandova rangea la carte dans sa poche et demanda à son maître :
-Qu'est-ce que La Caverneuse ?
-C'est un réseau de grottes, reliées entre elles par des longs tunnels, et au sous-sol. L'entrée de la caverneuse est dans un grand trou, dans la plaine. Des Trolls y vivent, mais ne bougent pas beaucoup, et la Caverneuse est un réseau immense. C'est vraiment une expédition très difficile. Cependant, ce genre d'expédition se faisait avant l'apparition des Morvances. Après, nous trouvions ça trop dangereux. Cela m'étonne que le Conseil est choisi cette expédition là.
Ils firent une halte dans l'ancien camp du cercle blanc dans les Collines Argentées, puisqu'il fallait passer par là. Ils en profitèrent pour oublier un peu leurs problèmes et bavarder tranquillement. Ils finirent quand même par reprendre la route, car il ne fallait pas s'éterniser, l'expédition devait se terminer au plus vite.
Mais au moment de partir, Sandova trébucha sur une racine et s'étala de tout son long sur le sol. Elle réussi quand même à rester optimiste malgré la brutalité de cette chute. Cette fois-ci, elle n'avait pas cette stupide robe. Elle avait enfilé une combinaison noire en cuir, parsemée de rayures jaunes, spécialement conçue pour les apprentis en mission.
-Ça va ? S'inquiéta Gilet.
-Oui, je crois que je n'ai rien. Je suis contente de ne plus avoir cette stupide robe de noble sur moi !
Ce n'est que la nuit qu'ils arrivèrent aux Grandes Plaines, mais ne purent bien la distinguer, à cause de la lune particulièrement cachée cette nuit là. Ne pouvant continuer, ils furent d'accord pour établir leur campement maintenant, et de repartir le lendemain. Ils mangèrent rapidement et rentrèrent dans la petite tente. Ils s'endormirent aussitôt sur leur couche. Sandova était exténuée. Après avoir passé une nuit sans rêve, elle se réveilla et se frotta les yeux. Son maître était déjà réveillé et avait chassé du gibier, pour économiser de la nourriture. Quand il la vit réveillée, il lui fit un grand sourire et lui tendit une tendre cuisse de chevreuil. Elle mangea comme une machine et ne sembla réveillée qu'au moment où il fallait partir.
Ils entrèrent enfin dans la Grande Plaine. Les herbes étaient hautes et les chatouillaient au fur et à mesure qu'ils avançaient. Le matin était froid et glacial : l'hiver approchait. Le sol caillouteux tira à Sandova des grimaces de douleur, mais ce n'était pas grand chose. Il commença à pleuvoir. Génial, maintenant il fait encore plus froid.
Elle fut soulagée de trouver quelque heures plus tard un abri ; un chasseur avait du vivre ici. Ils attendirent que le temps se calme et sortirent donc. Ils marchèrent quelque temps, puis trouvèrent le grand trou. Une longue pente en colimaçon descendait au fond du trou. C'était très étroit, et elle descendit avec précaution. Pas assez cependant, car elle faillit tomber. Ce ne fut qu'avec justesse qu'elle se rattrapa et évita le pire.
Son maître était tendu, prêt à bondir la retenir si jamais elle tombait. Ils s'écorchèrent juste une fois contre des rochers à droite, mais arrivèrent finalement en bas sans trop de dommage. Ils repérèrent vite l'entrée de la caverneuse, et entrèrent. Il faisait très sombre, et des racines s'étendaient sur le plafond. Il y avait un petit fond d'eau, et il régnait un lourd silence, mis à part les clapotis que faisait leurs pieds lorsqu'ils marchaient, et le vent qui soufflait doucement.
Il marchèrent doucement, voyant des squelettes et des toiles d'araignées partout, jusqu'à ce qu'ils se retrouvent dans le noir le plus profond. Gilet fit quelques mouvement qu'elle ne vit que partialement, et une lumière s'alluma au bout de son doigt. Sandova trébucha, surprise.
-Comment avez-vous fait ça ?
-La magie, Sandova. Marina ne t'a pas menti tu sais. Je devrai t'apprendre tout de suite à allumer une lumière, car c'est une magie facile, et si on est séparés, tu aura bien du mal à t'en sortir.
Il fit quelques mouvements très précis et une autre lumière s'alluma. Sandova essaya de faire de même, et, malgré la reproduction parfaite du mouvement, échoua.
-Comment se fait-il que ça n'a pas marché avec moi ? Gilet lui sourit.
-Parce que le simple fait de faire un mouvement ne te permet pas de faire de la magie, sinon, tout le monde arriverai à en faire un jour où l'autre sans s'en rendre compte ! Il faut que tu sente la magie remonter en toi, et la contrôler.
Il ferma les yeux et pris une position confortable. Il refit les mêmes mouvements et ralluma une troisième lumière. Sandova, qui avait encore regardé attentivement, ferma les yeux en prenant la même position, cherchant la magie en elle. À sa grande surprise, elle se sentit parcourue d'une énergie chaude, qui se propageait vers son bras qu'elle tendait. Il y eut une lumière clignotante, mais qui ne dura pas. Elle réessaya. Cette fois, elle avait compris le truc. Une lumière magnifique apparu devant elle, au bout de son doigt. Elle avait réussi !
Gilet sourit, conscient de la joie de Sandova.
-Bientôt, tu n'aura plus besoin de fermer les yeux et de prendre cette position, ça viendra tout seul. Maintenant que tu as ressenti la magie, elle viendra beaucoup plus facilement et naturellement.
Ils continuèrent à marcher, et ils virent une lumière au loin.
-C'est l'objet que nous recherchons. Il est loin mais ce n'est pas un grand labyrinthe tout va se passer facilement. Nous n'avons même pas rencontré de troll !
Gilet avait parlé trop vite. Après êtres tombés dans un cul de sac, ils se retrouvèrent devant une bête monstrueuse. C'était une créature bipède à deux bras, plein poil, hérissée de piques sur la colonne vertébrale, qui les regardait de sa tête triangulaire d'un air stupide. Il fonça sur la première personne qu'il vit, c'est-à-dire Sandova, qui recula, tenant fermement son épée. La créature la percuta, sans se soucier des coups d'épée qu'il recevait. Sa peau était tellement dure que l'épée rebondissait dessus.
Ne sachant que faire, elle essaya de se dégager de la poigne ferme du monstre, mais n'y arriva pas, sa force n'égalant pas celle du troll. Alors qu'elle allait se prendre un coup de poing du monstre, Gilet fit des mouvements très précis et compliqués, puis une boule de feu jaillit de son épée pour percuter le troll en plein visage. Celui ci lâcha tout de suite Sandova et se mit à grogner de douleur. Du sang jaillissait de sa bouche et de ses yeux. Il s'enfuit en courant et Sandova regarda Gilet d'un œil interrogateur.
-C'est encore de la magie, comme tu l'as sûrement deviné. Je ne peut pas encore t'apprendre à l'utiliser, c'est encore trop compliqué. Les trolls sont sensibles au feu, et leur visage n'est pas complètement protégée. N'hésite pas à les tuer si besoin en est, car, bien que ce ne soit pas des Morvances, ces bêtes sont sans pitié et sont trop stupides pour voir qu'ils ne sont pas invincibles.
Le petit épisode l'ayant ébranlée, elle reprit sa route avec son maître. Ils arrivèrent facilement à l'objet, mais Sandova seule pouvait le prendre : c'était son expédition. Ils revinrent sur leurs pas, grâce à la mémoire de Gilet. On voyait toujours les horribles squelettes, qui semblaient les regarder d'un œil vide, sans vie et sans intelligence. Sandova secoua la tête : son imagination lui jouait des tours.
Elle aperçu un mouvement furtif du coin de l'œil. Elle avait cru voir un squelette esquissait un mouvement, mais lorsqu'elle se retournait, tout était comme avant. Quand soudain, un craquement d'os la fit sursauter, puis paralyser de peur, lorsqu'elle vit un squelette avancer vers elle. Non, pas un, des centaines, voir plus. Elle ne pouvait pas les compter. Ils avançaient tous vers elle. Ils revinrent à l'entrée de la grotte, puis remontèrent la pente, chose plus aisée que la descente.
Elle tira le bras de son maître, et lui fit signe de regarder. Gilet se retourna et les regarda, impassible, tenant fermement son épée, en garde du serpent.
-Maître, est-ce normal, cela fait-il parti de l'expédition ?
-Non. Cela n'est pas normal du tout. C'est la première fois que je vois ça, et je n'ai aucune idée de ce que c'est.
Sandova se prépara elle aussi à lancer une attaque, mais Gilet arrêta son geste.
-Regarde, les squelettes ne semblent pas nous voir ; ou tout du moins, ne pas s'occuper de nous.
En effet, les monstres passaient à côté d'eux sans s'arrêter. Cela sembla durer une éternité, tant il y en avait.
-Il faudra en parler à Marina...
Le dernier squelette rampait, dépourvu de jambes. Lorsque tous furent sortis, elle sortit à son tour de la grotte, suivie de son maître.
-Sandova, il faut partir en courant prévenir Marina, je ne sais pas ce que sont ces squelettes et ce qu'ils veulent, mais ils semblent partir vers le cercle blanc !
Elle hocha la tête, et se couru aux côtés de son maître. Le vent lui caressait le visage, et rafraichissait son fin corps brûlant, trempé de sueur. Elle se surprit à penser qu'elle ferait tout ce qu'elle pouvait pour son maître, comme lui faisait tout ce qu'il pouvait pour elle. Ils ne devait pas arriver quelque chose à l'autre. Comme en transe, elle ne s'apercevait même plus qu'elle mettait le pied devant l'autre. Elle ne vit pas le temps passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glone
Maître Chroniqueur du Forum


Nombre de messages : 4132
Age : 22
Location : Dieu s'en est allé reprendre ses quartiers dans sa demeure céleste !
Add-On : oui
Date d'inscription : 09/07/2008

MessageSujet: Re: Littérature   Mer 5 Nov - 15:28

sage sage sage

qiue dire de plus love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masterini
Moddeur expert
Moddeur expert


Nombre de messages : 530
Age : 22
Location : Armentières
Add-On : Rotwk = Desequilibrage Mocheté et Mal de tête Maximal !
Date d'inscription : 02/06/2008

MessageSujet: Re: Littérature   Mar 11 Nov - 0:17

La Pierre Éternelle



Marina s'arrêta enfin, essoufflée, consciente d'avoir couru très longtemps. Elle ne pouvait presque plus tenir debout tant ses jambes lui faisait mal. Elle résista quand même et se souvint de sa mission. Elle entra au camp et chercha Marina des yeux, qu'elle trouva dans sa méditation. Sandova interpella Marina et celle-ci sursauta. Elle se tourna vers Sandova, d'un air de reproche.
-Ah, tu es revenue de l'expédition. Mais tu pouvais me déranger après là j'étais en pleine méditation !
-Oui, mais il y a urgence, à la fin de ma première expédition, tous les squelettes qui se trouvaient dans La Caverneuse se sont animés et sont sortis, droit vers le cercle blanc ! Nous avons donc couru le plus vite possible et nous sommes arrivés ici pour vous prévenir. Il faut donner l'alerte , ces squelettes sont très nombreux, et ils sont surement dangereux, certains avaient des longs crocs, sans oublier des griffes !
-Du calme, Sandova. Nous devons agir sans panique, et puis même avec des crocs ou des griffes, nous sommes des puissants guerriers. Je ne crois pas qu'ils pourront nous faire grand chose. Je me demande vraiment pourquoi ces morts ce sont réanimés, et encore moins pourquoi ils vont tous vers le cercle blanc. Et si c'est un esprit maléfique qui les a invoqués, je ne vois pas la raison pour laquelle il envoie des centaines voir des milliers de squelettes pathétiques pour nous assaillir.
Elle afficha une mine perplexe, contagieuse. Sandova alerta Gilet et à eux trois ils donnèrent l'alerte aux chevaliers. Cela donna une occasion à Sandova de connaître de nouveaux visages. Elle put aussi compter le nombre de chevaliers, tous là, exceptés Bleu et Rotanklan, qui étaient partis en mission, lui dit-on. Elle en compta 23, sans compter les deux absents. Quelqu'un attira son attention : il s'appelait Zel. Il était de la même taille que Sandova, et dans son visage séduisant était toujours guai et joyeux. Cette fois là, il était excité : cela se voyait dans ses yeux, ouverts comme un livre, et sa nervosité. Il n'avait pas peur du danger au moins, celui-là !
Les chevaliers n'eurent pas à attendre longtemps : quelques minutes à peine et tout les squelettes arrivaient pitoyablement. Ils avaient l'air inoffensifs, malgré leur horrible apparence, mais il n'en était rien. Lorsque le premier arriva sur elle, ses griffes aussi tranchantes qu'un rasoir faillit lui couper un doigt. Elle le décapita, et se jeta sur le suivant. Certains chevaliers avaient du mal à les vaincre, mais chacun réussissaient à tuer son ennemi. La victoire s'annonçait facile, mais en réalité, il en était autrement.
Lorsque les squelettes décapités prirent leur tête et la remirent sur les épaules, tout le monde furent démoralisés. Heureusement, Gilet trouva la solution, pourtant toute simple.
-Nous devons les brûler, réduits en cendre, le mal qui les a animés ne pourra pas survivre, et il n'aura pas le temps de se reconstituer.
Sandova soupira, déçue.
-Mais nous les apprentis, on ne sait pas encore utiliser de boules de feu !
-Oui, mais ce n'est pas grave, tu peut quand même bien nous aider en tenant à ta merci ces monstres. Comme je te l'ai dit, je ne peut pas t'apprendre ce tour de magie maintenant.
-Mais la c'est exceptionnel ! Tenta-t-elle une dernière fois, en vain. Gilet lui tenait tête, et comme c'était son maître, elle capitula. Elle ne pu pas protester plus longtemps, car un squelette assez gros lui assénait une morsure. Elle mouva son corps et laissa la créature stupide planter ses dents dans l'épée. Sandova coupa en deux la tête squelettique, qui tomba à terre à coté d'un tas de cendre, restes d'un mort-vivant. À sa grande surprise, celui ci ne se remembra pas, il restait inerte, sur le sol.
Contente de sa découverte, elle apprit la nouvelles aux apprentis, qui redoublèrent d'enthousiasme et coupèrent en deux des crânes. Elle remarqua que lorsqu'ils coupaient en deux une tête, particulièrement en haut du crane, de la fumée noire sortait comme une cheminée du trou formé. C'est lorsque toute la fumée était sortie que les monstres devenaient inanimées. La fumée noire était sûrement la substance ténébreuse dont leurs maîtres soupçonnaient la présence. La preuve, lorsque la fumée noire devait traverser de la verdure, celle-ci se recouvrait de cendre et devenait noir de suie, mais l'effet ne s'arrêtait pas la. Les plantes devenaient mouvantes et des crocs évoluaient.
Elle se dépêcha d'avertir ses compagnons, qui se dépêchèrent de couper les plantes et la verdure particulièrement dense. L'herbe, insensible aux effets, était tout de même devenue noire. Le combat dura une bonne petite heure, et c'est lorsque Marina se donna le privilège de brûler le dernier monstre, qu'ils purent contempler l'étendue du désastre. Toute une grande partie du terrain où ils avaient combattu était infectée par la substance. Elle se prit la tête entre les mains et soupira, désolée.
-Sandova, c'est un vrai gâchis, avec ce poison, l'herbe ne repoussera pas avant des mois...
Ils rentrèrent donc au cercle blanc, et mangèrent, se racontant des histoires, espérant oublier l'épisode. Elle commençait effectivement à l'oublier peu à peu, quand soudain, retentit un cri d'angoisse. Sandova prit la direction du cri et vit Sheon, un membre du conseil, qui regardait les alentours d'un air totalement paniqué.
-Non ! C'est impossible, il était pourtant là et devait y rester, personne n'était autorisé à aller la voir !
Il fouillait tous les recoins, persuadé qu'il allait retrouver ce qu'il cherchait. Sandova se décida à le calmer.
-Du calme maître Sheon, vous retrouverez bien votre bien un jour, entre-temps, ce n'est pas très important.
-Mais tu ne comprends pas ! La pierre éternelle a disparue !
-La pierre éternelle ?
-Oui, c'est l'objet le plus précieux du cercle blanc !
-Mais, je croyais que les objets...
-Oui, je sais bien, mais celui-ci est nécessaire, si une personne mal intentionnée s'en empare, il se passerai des choses graves, nous devons donc la protéger !
Il se raidit en pensant soudain à ce qu'il venait de dire. Une personne mal intentionnée !
-Oh, non, dites moi que je rêve, nous n'avons pas pu se faire voler, seuls les membres importants du cercle blanc sont capables de la trouver !
Malheureusement, la preuve était là, sur le sol, un petit sac ouvert semblait avoir été posé avec précaution. C'était inimaginable, un voleur réussi à trouver et à prendre la pierre éternelle, et il perdait son précieux petit sac, comme si il était un simple amateur. Curieux, Sandova prit le sac et regarda à l'intérieur.
-Maître Sheon, il y a une petite carte à l'intérieur.
-Montre.
Sheon déroula la carte et sourit. Il la montra à Sandova. Sur la carte s'étendait des pointillés, dévalant de la partie inconnue du territoire jusqu'au cercle blanc. Ensuite, les pointillés continuaient pour se retrouver dans les plaines sauvages pour s'y arrêter avec un croix, et un commentaire.
CACHER PIERRE ETERNELLE ICI UNE FOIS VOLEE. On aurait dit une carte au trésor, le voleur semblait le faire exprès, pour laisser un petit sac avec une carte de sa destination...
-Sandova, Bleu et Rotanklan sont en mission dans les montagnes ardues, qui se trouve entre la plaine sauvage et le cercle blanc. Il faut les prévenir ! Sandova hocha la tête et s'en alla accompagnée de Sheon en direction de la porte. Ils allaient sortir du campement quand une voix les informa :
-Ce n'est pas nécessaire. C'était Rotanklan. Il est trop tard. J'étais en mission avec Bleu pour enquêter sur la disparition de 5 villageois, et je me suis éloigné. Puis lorsque je suis revenu, elle avait disparue. J'ai eu beau crier son nom et la chercher partout, je ne l'ai trouvée nulle part. Je n'ai aucune idée de la raison de sa disparition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glone
Maître Chroniqueur du Forum


Nombre de messages : 4132
Age : 22
Location : Dieu s'en est allé reprendre ses quartiers dans sa demeure céleste !
Add-On : oui
Date d'inscription : 09/07/2008

MessageSujet: Re: Littérature   Mar 11 Nov - 16:36

ses idées te vienne comment?pendant la nuit?sous la douche?quand tu mange? car je trouve sa extra je suis ton 3ème plus grand fan love bisou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdd59554
Admin


Nombre de messages : 7235
Age : 24
Location : J'aime les abricots
Add-On : Oui
Date d'inscription : 16/01/2008

MessageSujet: Re: Littérature   Mar 11 Nov - 17:30

lol! je crois que jouer a des jeux de roles ca doit donner des idées non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Littérature   Aujourd'hui à 9:49

Revenir en haut Aller en bas
 
Littérature
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !
» les animaux ds la littérature
» Club Littérature
» MALAISE DANS LA LITTÉRATURE. Ou les poètes Lwijanboje.
» Un cours particulier s'il vous plait ... (pv David Lord)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imladris production :: L'auberge du ponet fringant. :: Discussion continue-
Sauter vers: